Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Eur’hope’ Category

Image

L’UE se voit récompensée pour avoir fait avancer la paix, la réconciliation, la démocratie et les droits de l’homme en Europe.

Dans sa déclaration du 12 octobre, le comité norvégien du Nobel dit avoir voulu honorer le rôle stabilisateur joué par l’UE, qui a su transformer la plus grande partie du continent européen, marqué par la guerre, en un continent de paix.

«Le combat réussi pour la paix, la réconciliation, la démocratie et les droits de l’homme» constitue, aux yeux du comité, l’accomplissement majeur de l’UE.

L’UE a œuvré pour la «fraternité entre les nations» et constitue en quelque sorte un «congrès pour la paix», selon la formule employée par Albert Nobel dans son testament de 1895, qui en fait un des critères d’attribution du prix.

L’Union européenne est la 21e organisation internationale à remporter le prix Nobel depuis 1901.

Le prix récompense le rôle pacificateur de l’UE

C’est avec une grande émotion que les principaux représentants de l’UE — les présidents du Conseil européen, de la Commission et du Parlement européen — ont accueilli la nouvelle.

«L’UE est la plus grande institution pacifique jamais créée. Ses citoyens peuvent être fiers d’être Européens», a déclaré le président du Conseil, Herman Van Rompuy.

Quant au président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, il a souligné que le prix était un «message très important adressé à l’Europe pour lui rappeler que l’UE est un bien précieux dont il faut prendre soin, dans l’intérêt des Européens et du monde entier».

Pour Martin Schulz, président du Parlement européen, le prix « revient à tous les Européens. L’UE a unifié le continent par des moyens pacifiques et réconcilié des ennemis historiques».

La cérémonie de remise des prix

Le prix sera décerné à Oslo, le 10 décembre. À l’instar des autres lauréats, l’UE le recevra des mains du président du comité Nobel. Elle sera représentée par le président du Conseil européen, le président de la Commission européenne et le président du Parlement européen. Le discours traditionnel du Nobel sera prononcé, au nom de l’UE, par les présidents Van Rompuy et Barroso. Quatre jeunes Européens lauréats du concours en ligne organisé par l’UE (voir ci-après) accompagneront la délégation de l’UE à Oslo pour y recevoir le prix.

Un prix qui se partage

L’UE reversera le montant du prix (930 000 euros) à des projets destinés à aider les enfants victimes de guerres et de conflits.

Un concours pour les jeunes

À l’occasion du prix, les institutions de l’UE et le Forum européen de la jeunesse ont organisé un concours afin de demander aux jeunes Européens ce que signifie pour eux la paix en Europe. Les gagnants accompagneront les représentants de l’UE à Oslo pour y assister à la remise du prix.

Les jeunes de 8 à 12 ans ont été invités à envoyer un dessin, et les 13 -24 ans à rédiger un texte court.

«Le prix Nobel de la paix 2012 ne fait pas que reconnaître les accomplissements de l’UE, il est également tourné vers l’avenir», ont déclaré les dirigeants des institutions européennes. «C’est pourquoi nous voulons que la jeunesse de l’Europe, héritière d’un continent de paix et responsable de l’Europe de demain, soit à nos côtés à Oslo».

source Europa.eu

Cérémonie de remise du Prix à suivre en direct sur ce lien

Et si vous avez envie d’Europe : bonnes lectures sur Atelier Europe

Publicités

Read Full Post »

Image

L’Atelier Europe se rendra en voyage d’étude à Nicosie du 18 au 21 octobre, à l’occasion de la Présidence chypriote du Conseil de l’UE.

Ce déplacement s’inscrit dans la continuité d’une tournée des capitales européennes initiée lors de la présidence tchèque, et qui a perduré depuis, à Stockholm, Madrid, Bruxelles, Budapest, Varsovie et Copenhague. Ces voyages ont été l’occasion de rencontrer les gouvernements et acteurs institutionnels, et nous ont permis de mieux comprendre les priorités de chaque présidence et leur mise en œuvre.

Au vu du contexte particulier de l’île, l’Atelier Europe rencontrera le gouvernement chypriote grec, mais également le gouvernement de la République turque de Chypre Nord, ainsi que la mission de maintien de la paix de l’ONU.

Programme des rencontres :

Andreas D. Mavroyiannis, vice-ministre auprès du Président, chargé des affaires européennes

Osman Ertuğ, représentant spécial & porte-parole du Président de la République turque de Chypre du Nord

Costas Yennaris, Porte-parole de la Présidence chypriote

Jean-Luc Florent, Ambassadeur de France à Nicosie

Mission de l’ONU à Chypre (UNFICYP)
Michel Bonnardeaux, porte-parole
Tim Alchin, conseiller affaires politiques

Niyazi Mustafa Kizilyürek, Professeur associé à l’Université de Chypre

Georgios P. Georgiou, Directeur de la politique de défense, Ministère de la défense

Vous pourrez lire cette semaine nos notes d’analyse sur ce pays sur le site de l’Atelier Europe, ainsi que le compte-rendu à notre retour.

Le compte-rendu est dispo ici !

Read Full Post »

Article culturel dédié au peintre finnois Akseli Gallen-Kallela (1865 – 1931), trop peu connu en Europe méridionale, à l’occasion d’une exposition qui lui est consacrée au Musée d’Orsay (7 février – 6 mai 2012)…

Considéré comme l’un des artistes les plus emblématiques du génie finlandais au tournant des XIXe et XXe siècle, Akseli Gallen-Kallela n’a jamais fait l’objet d’une exposition monographique en France. Ses liens avec Paris sont cependant étroits. Il fut élève de l’Académie Julian dans les années 1880, triompha à l’Exposition universelle de 1900 avec les fresques du pavillon finlandais sur des thèmes tirés de l’épopée du Kalevala, exposa de nouveau à Paris en 1908 avant de s’embarquer pour l’Afrique d’où il ramena une série flamboyante de peintures et aquarelles.

C’est de cette brillante carrière, dans laquelle s’imbriquent naturalisme, néoromantisme, symbolisme, expressionnisme – et qui accorde une place aux arts décoratifs -, que rend compte l’exposition. Elle rassemble des oeuvres, provenant de prestigieuses institutions finlandaises et de collections privées, qui constituent les manifestes d’un art trop longtemps réduit à l’expression d’un sentiment national.

Akseli Gallen-Kallela started out as a realist, but his career as an artist entails not only surprising versatility and broad interests but also sudden changes in style at various stages of his life. In the 1890s the realism of the early years gave way to the distinct and forceful syntheticist style of his mature stage, as expressed in his paintings of Kalevala themes and frescoes from the turn of the century. In the 20th century Gallen-Kallela was involved with expressionism, experiments with the « pure palette », stylized illustrations to a major published version of the Kalevala epic, the baroque spirit of the frescoes of the National Museum of Finland, and in his last years a return to the realism of his youth.

One of the highlights of Gallen-Kallela’s career was the World’s Fair of 1900 in Paris, where Finland had its own pavilion. Gallen-Kallela made a significant contribution to the exposition. He painted the ceiling frescoes of the central dome of the pavilion with Kalevala themes, in addition to laying the foundation of Finnish Design by designing the furniture and textiles of the pavilion’s Iris Room. Gallen-Kallela also exhibited paintings and works of graphics, and was awarded gold and silver medals and received a great deal of publicity and invitations to exhibit in various parts of the world.

Gallen-Kallela’s life was marked by many changes of domicile and a great many trips abroad. In the early 1890s he designed and built his first combined studio and home at Kalela in Ruovesi, where his children Kirsti and Jorma were born. Already at the turn of the century, the family went abroad, first to Europe and later to Africa. In 1909-1910 the Gallen-Kallelas lived in British East Africa (present-day Kenya). During this trip Gallen-Kallela painted some 150 expressionist oil paintings, whose modern character demonstrate the artist’s great ability of renewal. He also gathered considerable collections of ethnographic and zoological material. In the 1920s, Gallen-Kallela lived in Chicago and New Mexico for three years. It was in the United States that he created his studies for illustrations to the « Great Kalevala », his final and unfinished major undertaking.

Akseli Gallen-Kallela was an individualistic artist, a bold explorer and a cosmopolitan, for whom the fate of his native country was a matter of deep concern.

« A great artist will never grow old if he is honest and serious in what he does. In contrast with this an orientation or style will not matter much – when things are viewed from a perspective of decades or centuries. It is not important how things were said, but what the artist had to say. » (Annikki Toikka-Karvonen)

source : http://www.gallen-kallela.fi

Read Full Post »

Le Danemark préside depuis le 1er janvier le Conseil de l’Europe, et ce pour 6 mois.

Le programme et les priorités sont à lire ici :

http://eu2012.dk/fr/EU-and-the-Presidency/About-the-Presidency/Program-og-prioriteter

Le logo, particulièrement réussi, veut donner une vision dynamique de cette présidence au début de l’année 2012. La transition est illustrée par la double symbolique entre le 1 et le 2, qui montre à la fois que le Danemark assume maintenant la présidence et que celle-ci va durer six mois. Le logo exprime aussi la dynamique qui sous-tend la coopération européenne, qui évolue et se renouvelle en continu.

Plusieurs politiques importantes de l’UE se négocieront au cours de la présidence danoise, et le Danemark s’attachera à faire en sorte qu’elles perdurent jusqu’en 2020, pour le bénéfice de tous les citoyens de l’UE. Le logo exprime aussi, de cette façon, la mobilité de l’Europe à l’intérieur et à l’extérieur de ses frontières, ainsi que la nécessité d’œuvrer pour le renouvellement et le dé-veloppement de la coopération européenne en vue de répondre aux enjeux de demain. Enfin, le logo adresse aussi un message d’ouverture et de coopération, composantes indispensables à la réussite de toute présidence.

Le rouge et le blanc, couleurs nationales danoises, sont priviliégiées et rappellent en même temps l’un des atouts du Danemark, en Europe et dans le monde, à savoir sa grande tradition du design.

C’est l’agence de communication danoise Kunde & Co qui a remporté le concours pour la conception du logo et de l’identité visuelle de la présidence danoise de l’UE en 2012, un concours lancé en 2009 par le ministère des Affaires étrangères en collaboration avec le Centre danois du design (DDC).

Le site web de la présidence danoise :

L’Atelier Europe se rendra en voyage d’études à Copenhague mi-avril.

Read Full Post »

Voyage d’études à Varsovie

À l’occasion de la Présidence polonaisedu Conseil de l’Union européenne, l’Atelier Europe, dans la continuité des déplacements à Prague, Stockholm, Madrid, Bruxelles et Budapest, se rendra à Varsovie du 19 au 23 octobre 2011, pour un voyage d’études, de dialogues et d’échanges sur les priorités et les enjeux de cette Présidence de l’UE.

Programme des rencontres :

Cabinet du Premier Ministre
Jan Hofmokl, conseiller spécial auprès du Premier Ministre pour la Présidence polonaise

Ministère de la Défense
Zbigniew Włosowicz, secrétaire d’État à la politique de Défense

Ministère des Affaires étrangères
Michal Mottl, conseiller ECOFIN du Ministre des affaires étrangères
Alexandre Rogalski, conseiller auprès du Secrétaire d’État aux Affaires européennes
Joanna Ołdakowska-Kwiatek, Directrice du département de la Stratégie
Jarosław Dziedzic, Directeur du département Partenariat oriental
Anna Kozłowska, Partenariat oriental / Belarus
Daniel Słupek, Partenariat oriental / Arménie & Azerbaïdjan

Ambassade de France
Éric André Martin, Premier Conseiller
Jean-Christophe Thiabaud, Conseiller de presse
Patrick Pillon, Service Économique

Les compte-rendus de ces rencontres seront bientôt en ligne sur http://www.atelier-europe.eu/

Read Full Post »

Alors que la Pologne s’apprête à prendre la Présidence du Conseil de l’UE le 1er juillet,  un petit mémo des priorités de ces 6 mois à venir, mais en préambule, le logo : la forme visuelle du logo, pleine d’énergie positive et de dynamisme, fait penser à l’avenir. Le logo évoque l’idée de la communauté, de l’intégration, de l’action commune et de la solidarité. Les flèches symbolisent le développement, la croissance, l’innovation et la solidarité, et leurs couleurs représentent les drapeaux des États membres de l’UE.

Le logo de cette présidence montre que la Pologne est un État moderne et à l’esprit neuf, capable d’initier des changements positifs dans toute l’Europe. « Nous pensons que nous avons réussi à montrer que ‘Solidarność’ était à la base d’un autre succès, que la Pologne était réputée pour viser l’avenir, qu’elle était pleine d’énergie, que nous savions gagner et que nous ne craignions pas de nouveaux défis », a souligné le Premier ministre, Donald Tusk, lors d’une présentation du logo.

Le logo a été conçu par Jerzy Janiszewski, scénographe et graphiste, diplômé de l’École supérieure nationale d’Arts plastiques de Gdańsk qui a travaillé, entre autres, à Paris, Londres et Barcelone, et lauréat de nombreux prix prestigieux. C’est lui qui, il y a presque 31 ans, à l’occasion des grèves du mois d’août 1980, avait conçu le logo de « Solidarność », reconnu aujourd’hui partout dans le monde. Ce logo était devenu le symbole historique de la quête par la Pologne de sa liberté et des changements démocratiques dans la région.

Le gouvernement polonais a décidé de manière délibérée que le logo de la présidence devait faire référence à la grande tradition historique de « Solidarność », dotée d’une valeur symbolique appropriée à un événement de cette importance, la première présidence polonaise du Conseil de l’Union européenne.

Concernant le programme de la Présidence « PL » (source officielle pl2011.eu) :

Dans le cadre de sa présidence, la Pologne visera à remettre l’Union européenne sur les rails du développement économique et politique en se concentrant sur les trois priorités suivantes: l’intégration européenne en tant que source de croissance, une Europe sûre et une Europe qui tire profit de l’ouverture.

L’intégration européenne en tant que source de croissance

La présidence polonaise prendra des mesures pour stimuler la croissance économique en développant le marché intérieur (y compris le marché électronique) et en utilisant le budget européen de manière à augmenter la compétitivité de l’Europe.

L’Union européenne a tiré les conclusions de la crise : de nouveaux principes de gouvernance économique ont été instaurés et de nouveaux outils mis en place, comme le Mécanisme européen de Stabilité qui vise à prévenir d’éventuels retours de crise. Le gouvernement polonais croit néanmoins qu’il faut passer à l’étape suivante et élaborer un nouveau modèle de croissance grâce auquel l’UE pourrait s’assurer pour les prochaines décennies un développement économique suffisant pour garantir le bien-être de ses habitants. Si l’Europe veut être compétitive à l’échelle mondiale, elle ne peut pas se contenter de réformer les finances publiques et de limiter le déficit budgétaire, elle doit impérativement engager également d’autres actions.

Le gouvernement polonais est d’avis qu’un des outils pouvant assurer une croissance économique durable à l’échelle de toute l’Europe devrait être le nouveau budget pluriannuel de l’Union (pour après 2013). C’est justement au cours de la présidence polonaise que commenceront les discussions formelles sur le Cadre financier pluriannuel. Pour la présidence polonaise, le nouveau budget de l’Union doit être un instrument d’investissement contribuant à la réalisation de la stratégie « Europe 2020 ». La présidence polonaise souhaite que ce nouveau budget confirme qu’une plus grande coopération au sein de l’UE est la bonne réponse à apporter à la crise économique et que la politique de cohésion demeure une politique fondamentale de l’Union, dont profitent et profiteront tous les États membres. Il sera également essentiel de réformer la Politique agricole commune afin de moderniser l’agriculture européenne et de lui assurer une plus forte compétitivité.

La présidence polonaise aura aussi pour but d’achever la construction du marché intérieur unique, afin de mettre pleinement à profit son potentiel.
Un accent particulier sera mis sur le développement des services électroniques, ce qui signifie la prise de mesures visant à supprimer les barrières empêchant les opérations transfrontalières en ligne ainsi que la poursuite des travaux sur la réduction des coûts de roaming. C’est pourquoi, dans le cadre de la présidence polonaise, nous travaillerons à la création d’un 28ème régime légal qui simplifierait la conclusion des contrats de vente dans le marché intérieur, y compris la facilitation des transactions en ligne pour les 500 millions de citoyens européens. Ce nouveau régime légal fonctionnerait à côté des 27 régimes déjà en vigueur.

Dans le cadre de la réforme du marché intérieur, la présidence polonaise souhaite travailler à l’amélioration de la situation des petites et moyennes entreprises, et notamment sur la question de leur accès au capital. Les PME, qui représentent environ 60% du PNB et 70% des emplois, sont cruciales pour la croissance économique européenne. C’est pourquoi la présidence polonaise soutiendra les initatives de la Commission européenne relatives à la facilitation de l’accès aux marchés de capitaux et aux fonds de capital-risque, ainsi qu’au soutien des PME sur les marchés tiers. La Présidence s’efforcera également de faire aboutir les travaux sur la création d’un système de brevets, bon marché et accessible à toutes les entreprises européennes. L’absence d’un brevet européen est particulièrement coûteuse pour nos économies et il convient d’y mettre un terme.

La Pologne soutiendra le paquet de modifications des directives européennes sur le marché (dénommé « Acte pour le marché unique ») préparé par la Commission européenne. Notre pays organisera également un événement important servant d’appui au développement du marché intérieur, le Forum du Marché unique.

Une Europe sûre – alimentation, énergie, défense

« Une Europe sûre » implique de renforcer la sécurité dans un certain nombre de domaines. L’Europe doit d’abord renforcer sa sécurité macro-économique. Le renforcement de la gouvernance économique au sein de l’UE sera une tâche fondamentale de la présidence polonaise dans le secteur de l’économie et des finances. La présidence soutiendra les actions et les propositions visant à améliorer la régulation et le contrôle des marchés financiers ainsi que les mécanismes de gestion de crise (c’est-à-dire assurer les marchés financiers contre les effets négatifs des crises et affermir leur stabilité).

Un pas supplémentaire vers « une Europe plus sûre » consiste, selon le gouvernement polonais, à jeter les bases d’une politique énergétique extérieure de l’Union européenne. La Pologne considère qu’il est nécessaire de trouver des solutions pour renforcer cette politique. Le gouvernement polonais est convaincu que la position de l’Union face aux principaux producteurs, consommateurs et pays de transit des matières premières énergétiques peut être significativement renforcée en adoptant des mesures permettant un fonctionnement plus efficace de l’UE dans le milieu énergétique international ; cela se traduirait par des économies notables et de meilleures conditions pour le développement économique.

Le gouvernement estime également que le renforcement de la sécurité de l’Europe passe par une Politique agricole commune (PAC) réformée, utilisant efficacement les fonds communautaires. La consolidation de la PAC devrait maintenir son orientation vers le marché, prendre en compte les biens publics, y compris la sécurité alimentaire et le développement plurifonctionnel de l’agriculture et du monde rural. La question des paiements directs et celle du soutien au développement rural seront des éléments-clés de la PAC réformée.« Une Europe sûre » implique également des frontières sûres. Durant notre présidence, nous chercherons à achever les travaux sur une modification du règlement de Frontex (l’Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des États membres de l’Union européenne). Il faut que Frontex soutienne de manière plus effective les États membres en situation de crise, par exemple celle à laquelle nous faisons face maintenant en raison des développements politiques en Afrique du Nord et au Proche-Orient.

La présidence polonaise du Conseil de l’UE se concentrera également sur le renforcement des capacités militaires et civiles de l’UE. Nous soutiendrons les mesures visant à maintenir un dialogue direct de l’Union européenne avec l’OTAN.

Une Europe qui tire profit de l’ouverture

La Pologne soutiendra une Politique étrangère et de sécurité commune servant à renforcer la position de l’UE dans l’arène internationale.
Notre pays prendra des mesures visant à élargir l’espace des valeurs et des régulations européennes, entre autres, en continuant d’élargir l’UE et en développant la coopération avec les pays voisins. La construction d’un espace de libre-échange avec les États du Partenariat oriental contribuera à l’élargissement de l’espace où les règles et les principes européens sont en vigueur. De plus, la poursuite du processus d’élargissement de l’UE permettra au marché intérieur de gagner des millions de nouveaux consommateurs.

À la lumière des récents événements en Tunisie, en Égypte, en Libye, ainsi que dans d’autres pays du voisinage méridional de l’Europe, la présidence polonaise s’impliquera en faveur d’une coopération fondée sur un partenariat et concentrée sur le soutien des évolutions démocratiques, la mise en place de structures étatiques modernes (basées sur des réformes constitutionnelles), le renforcement du secteur judiciaire et la lutte contrela corruption. Pource qui est de la construction d’une société civile, le soutien de l’UE sera essentiel, à travers la défense des libertés fondamentales et le renforcement des mécanismes de protection des minorités, dont les minorités chrétiennes. Tout aussi important sera le soutien apporté pour stimuler la croissance et le développement économique ainsi qu’à la création d’emplois, et également l’approfondissement des relations commerciales et la facilitation des déplacements pour des groupes sociaux donnés.

Le rôle de la présidence polonaise sera cependant de faire en sorte que l’Europe n’oublie pas ses voisins orientaux. La présidence polonaise souhaite que progressent, dans le cadre du Partenariat oriental, la conclusion d’accords d’association et la création d‘espaces de libre-échange (il s’agit notamment de finaliser ou tout au moins d’effectuer des progrès substantiels dans  les pourparlers avec l’Ukraine et la Moldavie); La présidence polonaise souhaite aussi progresser dans les négociations sur la libéralisation de la politique des visas. Nous espérons que des décisions politiques fondamentales en ce sens seront prises lors du Sommet du Partenariat oriental de septembre avec la participation des chefs d’État et de gouvernement des partenaires et de tous les États membres. L’Union a par ailleurs pour but d’encourager la Biélorussie à coopérer avec l’Occident à condition que ce pays respecte les règles démocratiques et les droits de l’homme fondamentaux.

La Pologne souhaite réaliser lors de sa présidence des progrès dans la concrétisation de l’élargissement. Un des objectifs majeurs de la présidence polonaise du Conseil de l’UE sera de finaliser les négociations d’adhésion avec la Croatie et de signer le traité d’adhésion. Nous mettrons aussi à profit toute occasion de poursuivre les négociations d’adhésion avecla Turquie. Nousprendrons soin de faire avancer les négociations d’adhésion avec l’Islande et nous encouragerons les aspirations européennes des États des Balkans occidentaux.

Le gouvernement espère également qu’il sera possible, lors de la présidence, d’établir de nouveaux cadres de coopération entre l’UE etla Russie. Ilconvient de soutenir les initiatives visant à signer un nouvel accord avec la Russie et de développer le partenariat UE-Russie pour la modernisation.

En ce qui concerne la politique commerciale commune, il sera essentiel de finaliser le présent cycle de négociations commerciales multilatérales dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce (cycle de Doha). Outre des avancées vers la libéralisation du commerce, les discussions porteront, entre autres, sur les subventions à l’agriculture, le droit des brevets, les régulations antidumping et la protection de la propriété intellectuelle.

Read Full Post »

À l’occasion de la Présidence hongroise du Conseil de l’Union européenne, l’Atelier Europe, dans la continuité des déplacements à PragueStockholmMadrid et Bruxelles, se rendra à Budapest du 28 avril au 1er mai, pour un voyage d’études, de dialogues et d’échanges sur les priorités et les enjeux de cette Présidence de l’UE.

Programme des rencontres :
György Nádasi, Directeur adjoint pour la Stratégie pour la région du Danube(Ministère des Affaire étrangères)
Zoltán Cséfalvay, secrétaire d’Etat à la stratégie économique (MINEFI)
Enikő Győri, Ministre déléguée aux Affaires européennes
Péter Szijjártó, porte-parole du Premier Ministre
András Lánczi, président de la Fondation Századvég
René RoudautAmbassadeur de France

Read Full Post »

Older Posts »