Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Leonard-Cohen Greensleeves Leaving-Greensleeves’

Greensleeves est une chanson anglaise traditionnelle écrite en l’honneur d’une dame aux manches vertes, de green : « vert » et sleeve : « manche ».

D’après une légende populaire, elle aurait été composée par le roi Henri VIII (1491-1547) en l’honneur d’Anne Boleyn.

Elle a probablement circulé sous forme de copie manuscrite, comme la plupart des musiques populaires de cette époque, bien avant d’être finalement imprimée. La première version reconnue est de 1580, sous le titre de « A New Northern Ditty of the Lady Greene Sleeves », sans qu’aucune copie de cette impression n’ait survécu.

Plus tardivement, le chant de Noël What child is this ?, traduit en français par Quel est l’enfant, reprend l’air de Greensleeves, en y rajoutant des paroles chrétiennes, de même que le chant d’angélus : Voici que l’Ange Gabriel.

Plus récemment, Jacques Brel en a repris le thème, avec d’autres paroles, pour le titre Amsterdam.

La version Renaissance :

Et une très belle reprise par Leonard Cohen, as usual, grand poète…

 

Alas, my love, you did me wrong,
To cast me out discourteously,
For I have loved you so long,
Delighting in your very company.
Now if you intend to show me disdain,
Don’t you know it all the more enraptures me,
For even so I still remain your lover in captivity.

Green sleeves, you’re all alone,
The leaves have fallen, the men have gone.
Green sleeves, there’s no one home,
Not even the lady green sleeves

I sang my songs, I told my lies,
To lie between your matchless thighs.
And ain’t it fine, ain’t it wild
To finally end our exercise
Then I saw you naked in the early dawn,
Oh, I hoped you would be someone new.
I reached for you but you were gone,
So lady I’m going too.

Green sleeves, you’re all alone …

Green sleeves, you’re all alone,
The leaves have fallen, the men have all gone home.
Green sleeves, it’s so easily done,
Leaving the lady green sleeves.

Read Full Post »